Janvier et nous !







En Janvier, l’énergie qui se manifeste n’est soumise à aucune influence particulière. Cette période se veut de recentrage, permettant à l’énergie accumulée et libérée durant la saison précédente de retourner à la Terre, élément central, de l’assimilation, de la digestion et de la redistribution de ce que la saison précédente nous a permis de vivre en nous nous nourrissant de son énergie particulière.

 

Janvier, c’est aussi le mois le plus froid qui se doit aussi d’être sec. Car après le «solstice d’hiver», ce sont d’abord les «petits froids» de début janvier jusqu’au 19, puis les «grands froids» jusque début février qui vont permettre à la nature de pouvoir préparer la germination : la vernalisation, période de dormance à basse température. Les dictons paysans imagent l’importance de la neige et du froid en ce mois de janvier. La sève au plus profond des racines, des bulbes et des graines, poursuit son ascension vers le ciel au fur et à mesure que les jours rallongent. Les récoltes de blé sont abondantes si en janvier la neige est abondante.

 

Le 31 janvier 2018 marquera le début de la nouvelle année en Asie...pour nous faire basculer dans l’année du Chien, une année Chien de Terre dans une année Bois !

 

TROUBLES DE LA SAISON

Le froid domine toujours en ce mois le plus froid de l’année et contracte l’organisme.

L’alimentation et les vêtements chauds devront nous permettre de préserver notre chaleur interne.

L’énergie de l’eau ne circule pas, il faudra chercher à libérer les blocages du foyer moyen

(nausées, douleurs d’estomac, distension abdominales, plénitudes thoracique par montée d’humidité de la Rate).

Les excès de table de fin décembre ajoutent à la nature énergétique de la période.

Symptômes : engourdissements, faiblesse des genoux.

 

Mieux S’ALIMENTER : sel, osmose des liquides et pression artérielle

 

Indispensable à l’organisme, l’eau est le constituant le plus abondant du corps humain, il représente 60% du poids du corps. Elle se répartit en deux compartiments principaux, intra-cellulaire (2/3 de l’eau) et extra-cellulaire (1/3). Elle occupe un rôle majeur dans la régulation du volume cellulaire, le transport des nutriments, l’élimination des déchets et la thermorégulation.

Si l’alimentation fournit un excédent de sodium, cet équilibre est perturbé et entraine une

élévation de la pression artérielle (puissance exercée par le sang sur les parois, mesurée par le rapport entre la pression lors de la contraction du cœur (systole) et le relâchement du cœur (diastole)).

 

Grâce à la pompe sodium-potassium de la cellule, lorsque le sodium entre dans la cellule par le canal sodium/potassium, automatiquement le potassium en sort.

O Le sodium permet à l’eau d’entrer et de sortir de la cellule, et à l’influx nerveux d’activer la fibre musculaire.

O Le potassium représente une vraie solution aux troubles du métabolisme de l’eau (le flux des liquides du corps, les mouvements de l’eau) et de la régulation de la fonction surrénalienne.

 

On le trouve dans de nombreux fruits et légumes : abricots secs, bananes séchées,

raisin secs, figues séchées, noix, dattes, persil, épinard, topinambour, pourpier, ail, fenouil, pissenlit, artichaut, potiron, betterave, blé, le riz, la pomme de terre, le raisin, la poire, la ba

nane, la datte, le chou, le haricot, le poireau, la noisette, l’amande, le pollen.

 

Il est indiqué dans les fatigues musculaires, les oliguries, les obésités par rétention d’eau, le rhumatisme chronique, la polyarthrite chronique évolutive, l’arthrose consécutive à la ménopause, la sénescence.

 

MIEUX RESPIRER par le Seitai

 

Le Seitaï est basé sur le développement de la perception du corps, de la sensation, l’écoute. Des exercices d’étirement et d’alignement comme ci-dessous (Taïsôs) ciblent la zone principale de fatigue et permettent d’alléger rapidement le corps et de rééduquer la posture, la redressant durablement.

Il vise la stimulation de l’homéostasie, la capacité qu’a le corps à s’équilibrer intérieurement, et à s’adapter aux conditions extérieures physiques, comme le climat ou les conditions matérielles, émotionnelles et intellectuelles dans la relation que nous avons avec autrui.

 

Exercice de Stimulation des poumons

Debout, pieds à la largeur des hanches, montez les bras tendus jusqu’à ce qu’ils passent derrière les oreilles.

- Etirez-vous au maximum vers le haut puis en rassemblant les omoplates, tournez les paumes des mains vers l’extérieur.

- Etirez alternativement les bras en prenant soin de bien recentrer l’omoplate à chaque fois. 3 fois de chaque côté.

- Passez les bras en V et répétez l’étirement en prenant soin de bien recentrer l’omoplate à chaque fois. 3 fois de chaque côté.

- Replacer les bras verticalement et étirez alternativement les bras en prenant soin de bien

recentrer l’omoplate à chaque fois. 3 fois de chaque côté.

- Pliez les coudes à la hauteur des épaules et placez les mains vers le ciel, les bras en U : les bras restent horizontaux et les avant bras sont verticaux. Tournez les paumes vers l’arrière et tirez les coudes vers l’arrière. Soulevez l’épaule droite et déroulez-là vers l’arrière en recentrant l’omoplate. Faites de même à gauche. 3 fois de chaque côté.

- Descendez les coudes en dessous du niveau des épaule, les bras forment un W avec l’axe du corps. Tournez les paumes vers l’arrière et tirez les coudes vers l’arrière et procédez de même. Tendez les bras en tournant les pointes des doigts vers l’arrière et procédez de même. Les omoplates bien rassemblées, le menton relevé, regard vers le haut, prenez une grande inspiration puis relâchez doucement.

 

La technique de la serviette chaude (ou compresse chaude) telle que pratiquée en Seitaï est très complémentaire et vous apportera les bénéfices suivants :

- Apaise immédiatement les douleurs

- Active le métabolisme et la respiration cutanée en optimisant la circulation des fluides dans le corps

- Accélère l’évolution naturelle des symptômes comme la fièvre en stimulant le système nerveux qui contrôle la température corporelle (application sur l’occiput).

 

Préparation de la compresse chaude

Prendre une serviette éponge de petite taille et la plier de manière à former un boudin de 40 cm de long environ. La mouiller avec de l’eau très chaude (garder les extrémités sèches pour ne pas se brûler en l’essorant)

Essorer la serviette de manière à ce qu’elle reste seulement humide et très chaude

L’éventer si elle est encore trop chaude pour le contact avec la peau puis former un carré de la taille adaptée à la zone concernée et l’appliquer sur la peau.

Laisser tiédir.

Procéder 3 fois de suite.

 

Le principe de fonctionnement de la serviette chaude

Vous observerez que la serviette chaude tiédit rapidement et vous vous demanderez peut

-être pourquoi ne pas utiliser une bouillotte pour maintenir la température constante ?

Quand on applique une serviette chaude sur le corps, il commence par se contracter sous l’effet de la chaleur. Au fur et à mesure que la serviette tiédit, la zone concernée se détend. La répétition du contraste chaud/froid et humide par les applications consécutives stimule le corps en produisant les effets suivants :

- Détente et assouplissement des muscles de la zone concernée

- Activation du métabolisme corporel et amélioration de la circulation des fluides dans le corps, régulant ainsi de nombreux symptômes.

- Optimisation de la respiration et de la transpiration cutanée permettant l’élimination de déchets organiques.

 

Nous observons ainsi que le contraste de température associé à l’humidité est très efficace pour stimuler son changement, alors que la chaleur constante et sèche d’une bouillotte n’a qu’une action de détente ponctuelle.

Si la douleur persiste, vous pourrez appliquer la serviette chaude toutes les 8h, correspondant à un cycle de changement biologique. 6h en cas de blessure grave ou de maladie, 4-6h pour les enfants.

 

MIEUX SE REPOSER

Le yoga nidra, ou yoga du sommeil, pratique de sophrologie hindoue,

favorise l’endormissement en quelques minutes seulement.

Le relâchement complet du corps entraîne la détente des nerfs, afin que le mental s’abandonne au sommeil.

Apprenez d’abord le déroulement de cette pratique, afin de vous détacher du texte et de pouvoir réaliser la technique naturellement, complètement et sans hésitation.

 

Détente et absence de toute tension sont indispensables au sommeil.

Allongez-vous sur le dos, genoux et pieds détendus et mains posées sur les côtés. C’est la posture initiale de plusieurs exercices et c’est aussi une bonne posture de repos. Si vous sentez trop de tension dans votre cou, mettez vous, pour plus de confort, un petit coussin sous la tête ou une serviette roulée sous le cou. Inspirez et expirez régulièrement. N’étirez pas trop les jambes pour ne pas créer de crampes ni dans les jambes, les pieds ou de tensions dans la région lombaire, particulièrement sensible chez toutes les personnes qui ont des occupations sédentaires.

 

PROTOCOLE

 

Fermez les yeux et écoutez les bruits et les sons extérieurs, sans y participer.

- Prenez une inspiration profonde et, à l’expiration, laissez partir tous les tracas de la journée.

- Recentrez vous sur votre corps en prenant conscience des points de contact avec le sol, le lit.

- Puis faites ce que l’on appelle «une rotation de conscience» en nommant et en essayant de ressentir chaque partie de votre corps.

Vous déplacez ainsi votre conscience dans votre corps. En l’obligeant à se concentrer sur toutes les zones du corps, le mental va «décrocher» et favoriser ainsi la présence à soi. Tout ceci se fait au rythme du cœur qui bat lentement et de votre respiration abdominale. Il est important de rester dans une très grande immobilité.

- Commencez par le côté droit et notamment par la main droite. Sentez et nommez les cinq doigts et la paume. Détendez bien votre main qui devient lourde. Puis, lentement, prenez conscience de votre poignet, de votre coude, de votre épaule, et détendez chaque muscle. Poursuivez par l’aisselle droite, le flanc, la taille, la hanche, la cuisse, le mollet, la cheville. Votre jambe droite devient lourde et détendue. Pensez maintenant à votre talon droit en le nommant et continuez ainsi par la plante du pied, les cinq orteils jusqu’au gros orteil. Restez bien présent dans le pied droit, vous le détendez.

- Faites la même chose sur le côté gauche

- Puis remontez des pieds jusqu’à la tête en visualisant chaque fois, de droite à gauche, les orteils, les talons, les mollets, l’arrière des cuisses, les fessiers, la colonne vertébrale, les omoplates puis l’arrière de la tête.

- En passant par le sommet de la tête, revenez au front, aux sourcils (droit puis gauche), entre les sourcils puis... les yeux, les oreilles, les joues, le nez, le bout des lèvres, la lèvre supérieure, la lèvre inférieure, le menton. Détendez bien tous les muscles de votre visage. Votre visage est calme et reposé. Puis ressentez votre gorge, vos clavicules (droite et gauche), votre poitrine, votre abdomen, le nombril et le bas-ventre.

- Terminez par vos cuisses, vos genoux, vos chevilles et vos orteils.

Remuez lentement les doigts de vos mains, bougez les pieds et les jambes ainsi que tous

les muscles. Etirez-vous, bâillez. Votre relaxation est terminée. Vous voilà prêt à vous endormir...

Et si le sommeil est encore un peu long à venir... ce qui est rare, décomptez vos respiration à rebours, de 11 à 1, en prononçant mentalement : «11, j’inspire par le nez, 11, j’expire par le nez, 10, j’inspire par le nez, 10, j’expire par le nez..etc...»

Vous pouvez également imaginer que vos respirations se font par le ventre, les poumons ou la gorge. Votre mental décroche petit à petit pour se focaliser sur la respiration et le sommeil arrive...

Cependant, ne cherchez pas la concentration au risque de provoquer la tension, laissez la fluidité du mouvement vous envahir.

 

MIEUX BOUGER par le Feldenkrais

 

«Le mouvement est la clé de la vie»

La Méthode Feldenkrais se base sur l’action. Elle propose une auto-éducation, c’est à dire que nous pouvons apprendre à partir de nos propres sensations et de nos propres intentions. Il ne s’agit donc pas d’une démarche thérapeutique mais d’une méthode d’apprentissage. Face à une difficulté, au lieu d’essayer de comprendre ou d’analyser le pourquoi de nos limites, au lieu de les revivre ou de chercher à nous en débarrasser, la Méthode Feldenkrais propose à ajouter de nouveaux comportements plutôt que chercher à éliminer les anciens. L’éventail des options devient ainsi plus large et nous pouvons choisir. On n’acquiert pas un comportement idéal imposé de l’extérieur, mais on apprend à travers nos propres sensations. Nous apprenons à être plus attentif, plus conscient de notre corps en mouvement, de nos postures, de notre respiration, de notre tonus musculaire...de notre manière de nous mettre en action dans notre corps, dans notre vie...

Elle nous permet d’améliorer l’efficacité et le confort de nos mouvements, d’éviter certaines douleurs ou réduire notre fatigue. Elle nous permet également de

mieux savoir ce que l’on fait, et donc de mieux faire ce que l’on voudra.

 

La Méthode propose :

d’améliorer la flexibilité et la mobilité (cou, épaules, dos, hanches, jambes);

de développer une meilleure perception sensorielle (capacité d'écoute de soi-même en relation avec l'environnement);

de réduire la douleur et l'inconfort causés par des problèmes neuromusculaires;

d’accroître l'efficacité des mouvements.

En pratique ?

Souvent allongé sur le sol, des mouvements simples sont proposés, suivis d’un

cheminement par l’exploration de multiples variantes de ces mouvements.

 

1/Lecture des sensations en position assise

notez les points de contact que vous avez avec votre chaise ou fauteuil ;

sentez les appuis aux divers niveaux de votre squelette : aux pieds et aux jambes, au bassin, au tronc, aux bras, au cou et à la tête, selon le modèle de chaise et selon votre

position ; clarifiez bien vos sensations, la forme du contact, la grandeur de chaque appui ;

sentez les parties de vous qui sont mobiles dans la respiration ; votre respiration se déploie-t-elle à l’abdomen, à la cage thoracique, en avant ou en arrière, en haut ou en bas du tronc ?

comment tenez-vous la tête ? y a-t-il de l’effort, de la tension dans la région du cou et des épaules ?

 

2/ cette position assise permet-elle de bouger ?

★ maintenant tournez la tête d'un côté puis de l'autre ?

bougez très doucement, lentement, et ne tirez pas sur vos muscles, et s’il y a quoi que ce soit de douloureux dans le mouvement, ne le faites pas ; au besoin, imaginez seulement que vous bougez ;

tournez la tête alternativement vers la droite puis vers la gauche et vérifiez si c’est plus facile pour vous de voir à coté ou même derrière vous en tournant de l’un ou de l’autre coté ;

reposez-vous un peu ;

maintenant pouvez-vous avancer, une seule épaule vers l’avant ; encore ici très aisément,

sans effort (ceci est très important pour bouger avec conscience...sinon vous bougez mécaniquement et le bénéfice est très restreint)

et avancez l’autre épaule à son tour, une épaule à la fois mais quelque fois ; y a -t-il une différence de qualité entre le mouvement des deux épaules ? la quelle vous semble plus mobile, plus souple ?

puis avancez doucement un genou (la cuisse, et un coté du bassin avanceront aussi) ; jusqu’où sentez-vous ce mouvement dans le tronc ? que sentez-vous de l’autre coté du corps ?

et avancez maintenant l’autre genou et notez encore ici s’il y a une différence de qualité ou d’amplitude entre les deux cotés ;

puis reprenez ici la lecture de sensations comme en 1°, et comparez vos observations.

 

EVEILLER SA CONSCIENCE au bonheur possible

 

Vous donnez-vous assez d’amour ? ou craignez- vous d’être égoïste en vous approuvant ou en acceptant des éloges ?

S’aimer soi-même est nécessaire à l’épanouissement et à la santé. Avoir un grand respect de soi ne signifie pas être égoïste, mais être aimable envers soi, croire à sa propre bonté, sentir que l’on mérite ce qu’il y a de mieux.

Une saine confiance en soi est magnétique, elle se dégage de soi, elle appelle à soi les bonnes choses et c’est une médecine préventive. Que vous reprochez-vous ? Vous dites-vous que vous êtes bête ou moche ou gros ou peu intéressant?

Ceux qui ont peu d’amour-propre non seulement se blesse mais blesse aussi ceux qui les entourent. Si vous ne vous sentez pas digne d’amour, peut-être n’aurez-vous pas envie d’en donner aux autres et peut-être essayerez-vous même que les autres se sentent mal dans leur peau. Quelle désolation ! Prodiguez-vous beaucoup et vous aurez beaucoup à apporter à votre entourage !

Peu importe d’où viennent les sentiments négatifs que vous éprouvez : de parents critiques, de vos enseignant, de vos amis. Sombrer dans les reproches empêche de s’épanouir.

Pardonnez et laissez cela derrière vous. Ne vous attardez pas sur le chemin où vous croyez avoir été lésé. Soyez un parent aimant pour vous même.

Vous êtes désormais l’architecte de votre vie. Vous êtes votre propre parent. Ce qui importe c’est ce que vous vous dites à vous-même. Cessez de vous parler en termes négatifs car ce bavardage se poursuit dans votre tête nuit et jour. Prenez constamment soin de vous, encouragez-vous, pardonnez-vous, soyez votre propre supporter. Vous construisez un monde meilleur quand vous vous aimez. Vous le méritez. Vous avez le droit d’être ici et d’être le mieux possible. Les gens vous traiteront comme vous vous traitez vous-même.

Ne parlez pas de vous en terme dégradants et en espérant que quelqu’un vienne à votre rescousse. Les gens croiront souvent ce que vous leur dites au travers de vos paroles, de vos actions et de votre langage corporel.

Ne vous rabaissez pas, tenez-vous droit, parlez clairement et calmement, regardez votre interlocuteur droit dans les yeux.

Les autres sont attirés par ceux qui ont du respect pour eux-mêmes.

Néanmoins certaines personnes se lamentent sur leur sort et cherchent inconsciemment à attirer la sympathie. Elles peuvent effectivement y arriver, mais à quel prix ? Elles ont troqué leur pouvoir personnel contre de la sympathie.

Ne cherchez pas l’approbation du monde extérieur, contentez vous de votre approbation. Ne vous attendez pas à être secouru.

« Soyez votre propre sauveur.»

En consacrant 10 mn par jour, de préférence le matin, chaque instant passé avec l’exercice qui suit vous amènera sur le chemin du bonheur.

 

Les moyens :

 

- Accordez vous ce que vous voulez, pensez que vous le méritez

- Ayez foi en vos capacités

- Faites vos propres louanges, verbalement

- Laissez les autres vous aimer et vous faire honneur

- Fiez-vous à vous même et à vos instincts

- Aimez votre corps et admirez votre beauté

- Récompensez-vous, ne vous punissez jamais

- Veillez à ce que les monologues intérieurs deviennent positifs

- Croyez que vous pouvez apprendre n’importe quoi

- Paraissez à votre avantage et présentez-vous avec fierté

- Ne vous comparez pas aux autres

- Ayez un bon sens de l’humour à votre sujet

- Ecrivez une liste de vos capacités et de vos talents. Dressez une liste aujourd’hui.

Continuez à travailler l’amour de vous.

 

LES PIEDS SUR TERRE

Froid et sec sont les atouts de la récolte réussie

«Un mois de janvier sans gelée jamais n’amène bonne année», l’hiver est froid depuis fin

novembre et décembre, il doit poursuivre ce climat car «neige en janvier vaut fumier».

Pour le jardinier c’est le moment de prévoir la nouvelle année en effectuant l’inventaire des plantes et un bilan de l’état du jardin. Transplanter, réparer et réviser les outils, planifier les plates-bandes...

 

Au potager...

- Plantez tous les noyaux de fruits dans des pots

- Semez l’ail, les oignons, les petits pois, les fèves, les fenouils, les épinards, les laitues, les choux, les carottes, selon les régions.

- Repiquez toutes les plantes potagères semées à l’automne

 

Au jardin...

- Les plantes en bac hivernant à l’abri, tout comme les plantes d’appartement, voient leur besoin en eau augmenter au fur et à mesure que les jours rallongent.

Il sera sage d’augmenter les arrosages dès la fin du mois pour les plantes d’intérieur.

- Les jours rallongent, c’est le moment de commander les graines et de procéder aux premiers semis (fruits exotiques par exemple pour obtenir des plantes en bac, noyaux de dattes, pépins de citrons et autres fruits se multipliant par graine)

- Inspecter les protections hivernales du jardin, et secouer les branches de la neige poudreuse.

- Exposez davantage à la lumière les plantes étiolées

 

Le marché de janvier propose des produits dotés de nombreuses vertus nutritionnelles, les légumes, particulièrement riches en fibres et en vitamines.

Les légumes de janvier

Betterave, carotte, céleri-rave, champignon de culture, les choux et courges d’hiver, crosnes, endive, navet, oignon, poireau, pomme de terre de conservation , salades (mâche, meilleure après les gelées, la scarole, la frisée, l’endive, la rougette et la sucrine dans le midi) ; les salsifis, les topinambours

 

Les fruits de janvier

Châtaignes, clémentine, kiwi français, mandarine, noix, orange, poire, pomelo, pomme

Fruits exotiques (faites vous plaisir sans en abuser)