Février ou l'arrivée du printemps !







Février, l'arrivée du printemps !

 

Symbole du renouveau, de la croissance, du début de la vie, de la mise en mouvement, de la jeunesse et de la force de vie.

Pour le printemps, la période allant du 4 février au 21 mars représente le symbole de «la graine enfouie dans le sol » la nature se réveille, doucement et en profondeur, à l’abri des intempéries. Le sol ne laisse rien apparaître à la surface, tout se déroule en-dessous, la force et la puissance accumulée pendant l’hiver (du 4 novembre au 4 février) va se révéler dans la manifestation de la graine à la surface du sol. C’est l’énergie du printemps, de la jeunesse, prête à tout, celle qui déménage, qui donne envie de tout faire.

Puis du 21 mars au 14 avril, c’est le moment où «la plante sort du sol», elle représente la vie qui s’est préparée sous le sol et qui enfin se manifeste à la surface. Jeunes herbes, fleurs et bourgeons, sont les représentants de la nature qui renaît.

Puis la saison se termine comme toutes les saisons, par une phase de 18 jours, du 15 avril au 3 mai, au cours de laquelle, l’énergie qui se manifeste n’est soumise à aucune influence particulière. Cette période dite «terre de la saison» se veut de recentrage.

 

L’observation de la vie de la nature, de sa naissance, de sa croissance, de sa maturité, de son déclin et de sa mort, en fonction des mouvements apparents du soleil autour de la Terre, a aboutit à la théorie des 5 éléments, les WU XING, dont l’élément Bois, symbole du printemps est le le premier à se manifester.

 

Cette loi définit un calendrier immuable de l’évolution de l’énergie au sein de chaque être vivant.

Le moteur de ce mouvement c’est l’alternance de la présence et de l’absence du soleil dans notre environnement, de sa lumière, de sa chaleur, influencé par sa distance à la Terre.

La culture chinoise fonctionne par analogie. Ainsi le matin, éclairé par le levé quotidien du soleil, est le printemps de la journée, apportant l’énergie de l’élément Bois, qui nous permet de nous réveiller, doucement en profondeur avant de mettre en mouvement et de nous lever.

Cette énergie à l’échelle annuelle est représentée par la saison du Printemps, dont l’énergie de l’élément Bois permet de faire pousser la nature, et en nous les envies de renouveau.

A l’échelle d’une vie, cet élan de l’élément Bois se retrouve chez l’enfant, sa croissance, sa force de vie, sa souplesse qui lui permet sa capacité d’adaptation !

Nous avons jusqu’au 21 mars pour stimuler l’énergie de l’élément Bois, qui nous permettra de profiter pleinement de ces qualités dans la deuxième partie de la période du Printemps mais également toute l’année dans l’équilibre des autres saisons.

 

Si l’Hiver a été profitable au travail sur soi, à la force intérieure qui amène à la maîtrise des émotions, le Printemps sera paisible. Mais si l’agitation, la passion, l’emballement, l’activité extérieure ont dominé, il sera difficile de résister tranquillement à la montée de l’énergie.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, et la prise de conscience est un atout primordial pour démarrer le changement.

Prendre conscience que sans la capacité à maîtriser ses émotions, c’est l’ensemble de l’organisme qui s’abîme.

Le Foie est le cœur du système nous permettant de mettre des limites à nos ressentis, aidé par le souffle du Poumon et le rythme du Cœur.

 

TROUBLES DE LA SAISON

 

Excès de chaleur par accumulation pendant l’hiver (intérieur surchauffé, alimentation réchauffante...) montée de la chaleur yang du printemps...

Céphalées, vertiges, insomnie, faiblesse des lombes

Obstructions du haut du corps par le vent (douleurs nuque, cou, épaules, bras, coudes, avant-bras, rhumatisme du haut du corps)

Blocages du triple réchauffeur

Favoriser la dispersion du vent...

 

Mieux RESPIRER : découvrir sa respiration / sentir son souffle

L’idée est de favoriser une respiration équilibrée (ni trop d’inspiration, ni trop d’expiration, ni uniquement abdominale ou thoracique ou pire encore, uniquement haute, sous-claviculaire) mais en utilisant le diaphragme tout en maîtrisant notre capacité à se connecter ou se déconnecter à cette respiration selon le besoin !

C’est sentir les effets dans l’abdomen, le dos et les côtés, un effet qui se propage jusque dans les épaules.

 

Savez-vous que l’inspiration tonifie ?

Bien sûr il y a l’oxygénation du sang à chaque inspiration qui permet d’alimenter et de renforcer les muscles ce qui augmente la mobilité et la vitalité des organes grâce à une meilleure circulation du sang et de l’impact du cœur.

Mais il y a aussi le lien entre l’inspiration et la branche orthosympathique du Système Nerveux Autonome : la pression artérielle augmente, un signal inhibe l’activité du système nerveux parasympathique et augmente le rythme cardiaque. A l’inverse, l’expiration augmente l’activité du parasympathique, la pression artérielle diminue et le rythme cardiaque également.

Ainsi une grande prise d’air permet de nettoyer les poumons qui fonctionneront alors de manière plus efficace.

 

La connexion du plexus solaire et des viscères

La mise en relation entre les zones du plexus solaire et de l’abdomen, est un exercice qui vous permettra de réguler le nerf vague par la respiration, de favoriser la juste sécrétion de l’acétylcholine, donc de diminuer la fréquence des battements cardiaques, de calmer l’anxiété, les spasmes musculaires, les troubles de la respiration et les malaises vagaux.

Je vous invite à vous asseoir sur une chaise en prenant soin d’avoir les pieds posés à plat sur le sol, le dos étiré vers le ciel. Le poids de votre corps doit reposer sur le bassin de manière à laisser s’aligne le reste du buste, poitrine, épaule et cou.

 

La zone du plexus solaire

Placer vos mains de chaque côté du plexus solaire, sous la poitrine, le bout des doigts se font face et se touchent au bas de l’appendice xyphoïde, effectuez une respiration profonde et tranquillement, et sentez le mouvement des mains qui s’écartent à l’inspiration et qui se rapprochent à l’expiration.

Longez le diaphragme et écartez les mains sur l’axe latéral du corps, les paumes passent sur le côté des côtes, et le bout des doigts se retrouve sous la poitrine. Reprenez une respiration profonde et calme pour sentir à nouveau le mouvement de soufflet produit par les côtes. Elles se soulèvent à l’inspiration et se compriment à l’expiration.

Continuez sur cet axe horizontal, le long du diaphragme, sur plusieurs respirations pour prendre conscience de l’importance de ce muscle dans la respiration complète.

 

La zone de l’abdomen

Poursuivez vos respirations en descendant vos mains sur l’abdomen. Placez le bout des doigts de chaque coté du nombril et laissez le mouvement respiratoire soulever les mains à l’inspiration et les rapprocher sur l’expiration.

Écartez progressivement vos mains en les amenant sur les flancs au fur et à mesure de vos respirations. Sentez également comment votre corps se gonfle sur l’inspiration, jusque sous les côtes au niveau de la taille. Essayez de suivre votre souffle à l’intérieur de votre corps.

Accompagnez le mentalement, donnez lui une couleur, une sensation agréable, visualisez le se propager partout dans votre abdomen et suivre le déplacement de vos mains.

Connectez le plexus solaire et l’abdomen. Prenez conscience maintenant du rythme et du mouvement entre l’abdomen et le plexus solaire. Placez la main gauche au niveau du diaphragme, sous le sein gauche, les doigts relâchés et la main souple. Vous devez sentir les côtes sous vos doigts. Placez la main droite plus bas, sur le coté droit de l’abdomen, légèrement au dessous du nombril. Respirez-là encore profondément, tranquillement, et sentez le mouvement coordonné de vos deux mains, qui doivent se soulever simultanément à l’inspiration et s’abaisser simultanément sur l’expiration. Déplacez les mains alternativement entre le diaphragme et l’abdomen, une fois la main gauche, puis une fois la main droite, répétez le mouvement en réglant la pression de la paume, jusqu’à ce que vous sentiez bien votre souffle.

Utilisez l'impact de la répétition de la phrase «ma respiration est calme et tranquille» et allongez les respirations, en les faisant plus profondes, toutes les capacités en vous vont davantage se développer

 

Améliorer sa CONSCIENCE : l’équilibre du système nerveux par une respiration alternée

 

Les hémisphères cérébraux sont en relation avec les narines. L’air que nous inspirons, ne rentre pas de façon équilibrée dans les deux narines. Toutes les 90mn, la domination de la respiration se fait par l’une puis l’autre, alimentant de ce fait l’un ou l’autre des hémisphères :

- le gauche pour la partie droite du corps : la logique, les comptes, l’écriture, la gestion du temps, les données factuelles

- le droit pour la perception, la créativité, l’intuition, l’analogie

 

Cet exercice de respiration sert à purifier et nettoyer les chemins permettant d’oxygéner les hémisphères, tout en leur permettant de fonctionner de manière équilibrée.

Il est cependant important de nettoyer les narines avant de commencer l’exercice pour s’assurer que l’air est libre dans chacune d’elle.

Installez-vous dans une position confortable, puis placez l’index et le majeur réunis, entre les deux sourcils ou juste au dessus (dans l’axe du nez). Le pouce et l’annulaire de la même main, se placent de chaque coté du nez, dans un petit creux formé au dessus de l’aile sur la partie supérieure de chaque narine.

- Pressez délicatement la narine gauche en appuyant légèrement avec l’annulaire. Ecoutez votre respiration passer uniquement dans la narine droite. Imaginez que la respiration est froide pour mieux ressentir. Au bout d’une dizaine de respirations, lâchez la pression sur la narine gauche et effectuez des respirations «normales» par les deux narines.

Recommencez ensuite en pressant sur le haut de la narine droite avec le pouce.

En ralentissant le souffle, la respiration devient plus longue et plus profonde.

  • Pressez maintenant la narine gauche et expirez par la narine droite, puis à nouveau inspirez par la narine droite. Canalisez votre attention sans attente, sans tension, en imaginant l’air qui entre et se dirige vers la zone où sont placés votre index et votre majeur. Essayez de garder un souffle léger, délicat, comme lorsque vous respirer une fleur.

  • Inversez en pressant maintenant la narine droite, expirez par la narine gauche, puis à nouveau inspirez par la narine gauche et ainsi de suite plusieurs fois, en maintenant un rythme respiratoire naturel et paisible.

 

Si les premières fois vous vous trompez, recommencez depuis le début. Il n’y a aucune règle précise pour la durée de l’exercice.

N’hésitez pas à respirer avec les deux narines puis reprenez l’exercice régulièrement pour pratiquer souvent jusqu’à ce que vous vous sentiez parfaitement à l’aise.

Une fois que l’exercice ne vous posera plus de problème et que la respiration alternée sera normale pour vous, vous pourrez y ajouter une visualisation. L’exercice prendra une dimension plus subtile, impliquant davantage votre mental et vous entraînera vers l’unification du corps-esprit, que l’on retrouve en méditation.

Canalisez votre attention sans attente, sans tension, en imaginant l’air qui entre et la fleur que vous respirez, son parfum subtil. L’encens peut vous aider également à vous représenter plus facilement cette sensation à l’inspiration.

Cet exercice vous permettra de prendre conscience qu’il est important pour votre bien-être de diminuer un peu la pression continuelle que vous exercez sur vous-même pour être à la hauteur de ce que vous pensez que les autres attendent de vous.

 

Avec ses températures toujours basses, en février, les légumes et fruits restent rares en raison de la rigueur de l’hiver..

 

Les légumes de février

Betterave,

Carotte de conservation,

Céleri-rave,

Champignons de culture,

Toujours les choux et les dernières courges d’hiver,

Crosne,

Endive

Epinards français,

Fenouil,

Navet,

Poireau,

Pomme de terre de conservation,

Rutabaga,

Les mêmes salades depuis décembre (mâche –meilleure après les gelées– scarole, frisée, endive, rougette et sucrine dans le midi),

Salsifis et topinambour.

 

Les fruits en février

Kiwi français,

Orange,

Poire,

Pomme,

Pamplemousse